e-mail
aceBook

  Ce qu'il faut savoir
  La guitare classique
  La guitare électrique
  Les accessoires
  Les outils du guitariste
  Réglages et entretien 1
  Réglages et entretien 2
  Réglages et entretien 3
   
  Pour bien débuter
  Bien tenir la guitare
  L'accordage standard
  Lire la tablature
  Les effets de jeu
  Attaquer les cordes
  Connaître le manche
  Le capodastre
Construction accords
  Les accords Majeurs
  Les accords mineurs
  Les accords de 7ème
Majeur 7° et mineur 7°
  Construction des barrés
  1000 Accords
  Glossaire
   
 
Retour à l'accueil
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

 

 

 


Pour débuter, il existe plusieurs méthodes plus ou moins rébarbatives, la plus connue (probablement parce que la moins populaire) est celle de l'apprentissage bête et méchant du solfège et de la théorie musicale.

Bête et méchant, pas tant que ça, car il s'agit d'asseoir des bases qui seront utiles en toutes circonstances et quelque soit l'instrument pratiqué. Cependant, que de difficultés et de découragement autour d'une méthode ne présentant aucune mise en pratique des principes étudiés…

 

La particularité de la guitare, c'est de très rapidement entrer dans les notions d'harmonie en abordant les accords. En effet, si cette notion n'est pas abordée au piano ou dans la pratique des cuivres, elle est essentielle pour la guitare, car il est relativement accessible, suffisamment simple et très motivant de parvenir à jouer un accompagnement en accords.

 

C'est possible même pour un débutant lors de sa première heure de pratique à condition de comprendre des mécanismes de notation simples, comme la lecture de la notation d'accords sous forme de diagrammes.

 

Nous avons donc un dessin qui schématise une portion du manche, la guitare étant disposée la tête vers le haut… ce n'est donc pas la position dans laquelle on joue, et cette méthode n'est pas vraiment valable pour les gauchers puisque la plus grosse corde (celle de mi) n'est pas à gauche du diagramme mais à droite.

 

La convention voudra que les 6 cordes soient représentées verticalement dans le sens de lecture, et que les cases soient représentées horizontalement. Le positionnement des doigts ou des notes jouées à vide sera alors schématisé par des points parfois agrémentés d'un numéro correspondant aux doigts de la main gauche.

 

La lecture en sera complétée par l'identification des cordes à éviter (à ne pas frotter) symbolisées par des croix X, et de la notation repère de la case par laquelle commence le diagramme (dans l'exemple, c'est le sillet de tête).

 

Sans avoir la moindre notion rythmique ni temporelle et aucune information sur la technique utilisée le simple fait de frotter ce groupe de notes schématisé conduit à "jouer" l'accord correspondant.


 

 

Les doigts de la main gauche sont symbolisés par des chiffres de 1 à 4.

 

1 pour l'index

 

2 pour le majeur

 

3 pour l'annulaire

 

4 pour l'oriculaire


Le pouce ne joue pas. (ou exceptionnellement) . Il positionné derrière le manche pour maintenir la pression des autres doigts sur les cordes et la touche.

 



Le diagramme est par fois surmonté du nom de l'accord (dans sa notation anglo-saxonne). Ici, Dm par exemple pour dénommer un accord ouvert de Ré mineur.

 

La notation des notes en majuscule est privilégié sur ce type de notations, non pas par convention, mais parce que la majorité des partitions (scores en anglais) sont issus de transcriptions anglo-saxonnes ou bien diffusées par Internet à destination d'un public qui est familier à ces équivalences.

Do
Mi
Fa
Sol
La
Si
C
D
E
F
G
A
B

 

Cette notation est la plus graphique, et reste très répandue, complétant très souvent les autres représentations trouvées dans les partitions, qu'elles soient au format solfège ou tablatures.


Elle est également utilisée par les guitaristes qui souhaitent réaliser des grilles rythmiques de transcriptions de morceaux, car la notation des notes par lettres majuscules est devenue universelle dans l'écriture musicale. Il faut entrer dans des notions de théorie musicale pour développer d'avantage sur la construction des accords.

Néanmoins, cette notation, sans en comprendre la finalité, permet de représenter de nombreux accords à condition de faire figurer un complément de notation.

Cette notation est complétée de symboles complémentaires, comme décrits ci-dessous :

 

b pour la notion de bémol (ex : D b est un accord de Ré bémol ou Ré b voire de Do#)

 

# pour la notion de dièse (ex : D# est un accord de Ré dièse)

 

m pour les accords mineurs (ex : Dm est un accord de Ré mineur)

 

7 pour les accords de septième (ex : D7 est un accord de Ré dont la septième est mineure)

 

7M pour les accords de septième majeure (ex : D7M est un accord de Ré de septième majeure)

 

5+ pour les accords altérés augmentés (ex : D5+ ou D+ ou D7(#5))

 

5- pour les accords altérés diminués (ex : D5- ou D- ou D° ou D7( b 5))

 

/ pour les accords renversés avec basse (ex : C/G est un accord de Do majeur avec une basse en Sol jouée sur les cordes graves)

 

sus pour les accords de septième avec quarte (ex : D7sus4 pour un accord de Ré septième avec quarte suspendue)

 

dim pour les accords diminués (ex : Ddim pour un accord de Ré diminué)


La construction des accords

Les accords dits "simples" obéissent aux mêmes règles que les accords que l'on soupçonne "complexes". A savoir, la même règle de construction ou plutôt de séquence de notes. Ils sont dénommés "simples", car ils ne comportent pas de difficulté technique dans leur pratique, comme le fameux "barré", terreur des guitaristes débutants, … et que nous ne tarderont de découvrir.

 

Les accords appartiennent à deux familles distinguées par le nombre de sons qui les composent :

 

  • les accords de trois sons,
  • les accords de plus de quatre sons et plus.

 

Dans un premier temps, nous allons explorer la famille des accords de trois sons, faisant intervenir la tonique, la tierce (majeure ou mineure) et la quinte.

 

Une règle de la composition des accords réside dans le fait que :

 

  • l'accord est appelé accord majeur si la tierce jouée est majeure,
  • l'accord est appelé accord mineur si la tierce jouée est mineure


De même, au sein de cette même famille, on distinguera les accords dits "ouverts" faisant intervenir des cordes à vides, et ne comportant pas de "barrés".

 

Prenons un accord de Do majeur ou C :

 

  • la tonique est donc la note do,
  • la tierce majeure est le mi,
  • la quinte est le sol.

 

La composition d'un accord, c'est la combinaison de ces notes sur le manche. Cependant, ces notes peuvent se répéter sur l'ensemble des cordes, afin de rendre la sonorité plus "riche" et plus "puissante" en termes de complémentarité sonore.

 

Analysons un accord ouvert de Do ou de C (nous retiendrons la notation anglo-saxonne C pour dénommer les accords, et la notation latine do pour distinguer ces deux notions qui en définitive portent le même nom).


L'accord est bien "ouvert", car il est joué "en haut du manche", près du sillet. Notons que l'expression "en haut du manche" évoque les sons les plus graves, donc basses en fréquence, pouvant être obtenues sur une guitare.

La représentation graphique des notes (lecture de droite à gauche pour respecter l'ordre des cordes) :


- La 1ère corde est jouée "à vide (ou case 0)" et la notation du diagramme le symbolise par le petit signe o sur un mi qui est la tierce majeure de do,

- La 2ème corde est jouée à la 1ère case, ce qui donne un do et constitue la tonique,

- La 3ème corde est jouée "à vide (ou case 0)" et la notation du diagramme le symbolise par le petit signe o sur un sol qui est la quinte de do,

 

- La 4ème corde est jouée à la 2ème case ce qui donne mi et constitue la tierce majeure,

 

- La 5ème corde est jouée à la 3ème case ce qui donne do et constitue la tonique,

 

- La 6ème corde n'est pas jouée (représentation par le signe x sur le diagramme).

 


Les positions peuvent être mémorisées tels des diagrammes et jouées rapidement. Cela permet de travailler la dextérité, le placement des doigts et la pression sur les cordes.


Si des douleurs en bout de doigt se font sentir, il faut comprendre que ce type de pression est anormal : la peau va d'ailleurs réagir naturellement en produisant au bout de quelques jours de pratique une corne qui protègera le doigt et permettra une pression plus soutenue sur les cordes.
Souffrez, mais persévérez, ça vaut le coup !


 

 


Haut de la page


© Tous droits réservés Ecole de Musique et Danse du Mas ® 1991 / 2009

Centre d'Etude des Musiques Actuelles de Firminy - ® 2009 / 2014